A-Fresco dans la ville

La fée verte


fresque de 85 m², Le Grand-Lemps

A l’entrée du village,  une architecture peinte en trompe l’œil reprend une spécificité Dauphinoise : la façade de « galets roulé en arêtes de poisson ».

Au bistrot, Pierre Bonnard, vivant dans sa maison du Grand-Lemps, partage avec ses amis une autre spécialité du cru : l’absinthe, « La Fée Verte » que deux fabriques produisaient sur place à son époque.

Bonnard leur présente sa dernière œuvre en date : « La famille au Jardin ».
Claude Terrasse, son célèbre voisin compositeur, répète au piano ses  « Travaux d’Hercule ».
Alfred Jarry, son ami fidèle, vient de terminer sa pièce, qui est à l’affiche : « Ubu Roi ».

A l’étage au dessus, le peintre Edouard Vuillard s’essaie à la photographie naissante, pour fixer les passants…

Au même endroit, mais plus tard, Alphonse de Lamartine prendra la pose, le livre de ses « Méditations Poétiques » négligemment posé sur une chaise…
A sa fenêtre, Stéphanie de Virieu, rêvera, à sa fenêtre,  de la prochaine correspondance qu’elle adressera à Lamartine ?

Avant de rendre fou, l’absinthe rendait joyeux : encore ce soir, sans doute, nos quatre amis auront-ils abusé de la Fée Verte et, après une dernière partie de « billard à quilles » trop bruyante, seront expulsés du bistrot par le juge de paix Paranjoux…


Voir une présentation
de la fresque en vidéo

Vue d'ensemble


Vous pouvez survoler l'image pour découvrir des détails

fresque " la fée verte" affiches 1 affiches 2 affiches 3 Stéphanie de Virieu Claude Terrasse Bonnard et Jarry Edouard Vuillard tableau détail Alfonse de Lamartine